Apprendre le japonais

Comment apprendre les hiragana et les katakana

Cours de japonais, la reprise !

Je voulais sous-titrer cet article « la méthode des boules ». Je me suis retenue.

Comment apprendre les hiragana et les katakana ? Comment ne pas les oublier, surtout !

La méthode des boules

Elle l’écrit en sous-titre, tout compte fait. C’est que les photos parle d’elles-même.

Les boules fermées, faciles à transporter
Les boules ouvertes – quelle surprise !

Simple et pratique, la méthode des boules consiste à avoir avec soi sa liste de caractère. Côté pile, le hiragana ou le katakana. Côté face, sa signification. Comment ça, il y a les applications ? Mais je suis une manuelle, moi. Ces boules se transportent partout. Elles résistent à la pluie et au froid. Discrètes, on peut même les utiliser au travail. C’est ça, le véritable apprentissage révolutionnaire.

Le how to do

J’ai commencé par les hiragana. C’est mieux. Tu t’attaqueras aux katakana après. Je pense avoir commencé à apprendre « par ligne » : la ligne des a (ka, ta, na etc.), celle des i, des o etc. Ensuite, je faisais des interros grâce à mes trucs dans les boules, là, pour savoir lire et écrire n’importe quel hiragana, quel que soit son ordre d’apparition.

J’ai aussi investi dans une ardoise et un stabilo. C’est mieux que le Smartphone (gaspillage de batterie), et le papier/crayon (gaspillage de papier). Appelez-moi Fujoécolo !

Je prépare, au préalable, une liste de 20 syllabes. Le temps d’un trajet en bus, je peux faire une interro avec sa correction. Je fais une croix devant les syllabes sur lesquelles j’ai fait une erreur. Je les mémorise (pas les erreurs, of course !). Mes caractères sont sur mon bureau le reste de la journée – c’est facile à planquer. Sur le chemin du retour, j’ai retenu les syllabes sur lesquelles je butais le matin. Je refais une interro, complète par du japonais « passif » : je mate mes caractères, écoute de la musique japonaise.

Le katakana « ko » (à droite) est à l’envers !
Côté face

Let’s speak

En parallèle, j’écrivais les quelques phrases en japonais que je connaissais :

こんにちは (konnichi ha(wa)) Bonjour

おげんきですか (o genki desu ka) Comment vas-tu ?

わたしはふじょです (watashi ha(wa) fujo desu) Je suis Fujo -> Je m’appelle Fujo

ほんとう (hontou) Vraiment

Maintenant, voir tous ces hiragana alors que je connais les kanji équivalents me brûle la rétine (j’me la pète).

Avec la méthode des boules et de la rigueur, en moins d’une semaine, c’est plié. Parle le plus possible japonais, même des phrases/mots simples. Regarde les programmes que tu aimes pour te familiariser avec les voix. Ecoute la musique que tu kiffes. Cherche un correspondant japonais, if you want. Mais surtout, n’oublie pas : ambiance-toi day and night.

Aucun commentaire

  • Coralie

    Madame Fujoshi, tu m’épateras toujours ! Tu mettais ces deux boules dans ton sac ? Je me rends pas bien compte de la taille… Elles ont l’air assez volumineuses, non ? Je t’imagine bien dans le bus avec tes boules et un ruban accroché sur le front avec écrit ファイト!!dessus !

    Bref, moi aussi, je donne mon petit conseil : quand j’apprenais les kana et les kanji, je me servais des 単語カード(tango card/carte de vocabulaire). C’est tout petit et assez pratique. Pour ceux qui ont regardé Charlotte récemment, c’est ce que Nao donne à Yū avant son départ. Ceux qui habitent à Paris peuvent en acheter chez Muji, sinon, ça doit se trouver facilement sur Internet.

A toi d'jouer !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :