Apprendre le japonais

Apprendre le japonais au Japon – bien vivre son immersion

Parce que l’immersion, c’est ma nouvelle passion (rime bête et facile).

Si la crise du coronavirus est, hélas, encore là, les ambitions et rêves d’avenir partent explorer le Japon. Partir. N’est-ce pas la meilleure façon d’apprendre ?

Des méthodes pour apprendre le japonais, il y en a pléthore. De l’apprentissage en tête à tête avec ses livres/sites Internet à l’immersion en direct d’une école japonaise, le choix est là. Les méthodes se combinent d’ailleurs très bien. Démarrage en douceur – et gratuitement – sur Internet, achat des premiers livres, inscription dans l’école de japonais de sa ville/dans une fac proposant un cursus en japonais, grand saut au Japon, pour apprendre en immersion.

Je vous réponds en répondant (redondance !!) aux questions les plus fréquemment posées sur l’immersion au Japon. Let’s gooow.

En immersion, on apprend plus vite ?

Oui et non. En principe, oui, mais ce n’est pas toujours vrai. Le fait d’être sur place multiplie vos connexions et chances d’interactions avec les Japonais. Mais il faut parler. Et étudier. Les kanji ne rentreront pas seuls dans votre jolie cervelle, hélas.

Certains sont au Japon depuis des lustres mais n’arrivent toujours pas à aligner trois phrases. D’autres n’ont jamais mis les pieds au Japon et peuvent suivre des émissions politiques.

Reiwa !

En vivant au Japon, on se fait vite plein d’amis Japonais ?

Se faire des amis, où le problème universel ! Les Japonais, comme vous, s’interrogent et galèrent. C’est difficile. Au Japon, l’on ne prend pas la parole aussi spontanément que dans un pays comme la France, par exemple. Là où on peut, à l’arrêt de bus (et avant la Covid !!) taper la disut’ et repartir avec un numéro de téléphone (appelez-moi El Mik Draguor), au Japon, c’est quasi impossible. On viendra peut-être vous aborder, intrigué par votre exotisme, encore que.

Pour multiplier les chances d’avoir de vrais amis, commencez par bien étudier ! Parlez tout le temps, même seul-e, révisez, et pas qu’à l’école. Ciblez vos centres d’intérêt : club/asso de sport, dessin, musique, chant, danse etc. en respectant les gestes barrières, hein.

Comme dans toute relation, il faut du donnant donnant et de bons sentiments. Les Japonais que vous rencontrerez ne sont ni vos profs, ni vos larbins. Les appels pour qu’ils expédient votre paperasse administrative, non merci. Ils n’ont pas que ça à faire ! Et se sentir utilisé, (gratos, en plus !) c’est nul. Imaginez-vous à leur place !! Soyez sympa et ayez le cœur noble. Mais si, vous pouvez. Soyez naturels. Vous ferez des ravages en soirée, avec votre limonade citronnée, comme ces braves gens ci-dessous :

C’était la grosse ambiance, avant le coronavirus !

Les écoles nous aident à trouver un baito ? / C’est facile de trouver un baito ?

La plupart des écoles offrent une aide. Arc Academy, par exemple, placarde très régulièrement des offres d’emploi sur les murs de la salle des profs (c’est précis). Vous pouvez également solliciter le staff et les profs pour toute question concernant votre recherche. Ils vous aident à remplir vos documents, à postuler, vous préparent à l’entretien d’embauche… La Coto Academy aussi a son pôle business/recherche d’emploi.

Cependant, il faut, bien sûr, aussi chercher de votre côté. Crise sanitaire oblige, les offres de baito ont diminué. Le Japon est aussi frappé par le marasme économique. En première ligne, donc : les baito, déjà fortement soumis au marché concurrentiel. Sachez cependant que plus votre niveau de japonais sera bon, plus vous aurez accès à un large panel d’offres. Paré-e pour une immersion dans le monde du travail japonais ?

Apprendre en immersion, c’est vivre comme dans les manga ?

C’est à dire ?

Non.

Oubliez les ambiances à la Toradora!, Fruits Basket, Host club… Franchement ! Ugly Princess, KareKano, GTO (GTO !), c’est aussi de la pure fiction !! Immersion au Japon, oui, mais dans une école de langue, qui n’a rien à voir avec les établissements japonais classiques. Niveau infrastructures, on tape plutôt dans l’immeuble d’entreprise réaménagé. L’échange de godasses dans le petit casier à l’entrée de l’établissement, on oublie. Dans les écoles de langue, il n’y a que le porte-parapluies qui vous fera sentir comme quelqu’un du coin. Encore que.

Il n’y a pas d’uniforme non plus ! Arrêtez de rêver !! Il faut vivre, non mais oh !! Par contre, si vous intégrez une classe business, vous devrez acheter votre “uniforme de futur-e salarié-e” : costume/tailleur sombre et chaussures de ville. A Arc Academy, on fournissait des coupons de réduction pour certaines enseignes. Ça s’appelle “faire de bons partenariats.”

Tout de même, les interactions, c’est important : les écoles organisent-elles des rencontres avec les étudiants japonais ?

Tu crois que les écoles de japonais c’est Tinder ?

Oui, les écoles organisent généralement quelques rencontres avec des japonais : étudiants, salariés… J’ai pu me faire quelques sympathiques camarades étudiants en allant à l’une de ces rencontres. En pratique : ça se passe soit dans votre école, soit dans l’université partenaire. Echanges avec les étudiants, autour d’un repas ou non… Le reste de l’histoire est entre vos mains !

Etudier au Japon en immersion : pari 100% gagnant, avec beaucoup de motivation, de travail, d’ardeur, brûle mon cosmos !! Enfin, bon, vous avez compris.

Prochain rendez-vous la semaine prochaine, même lieu, même heure.

On fera peut-être une partie deux des “questions immersion”. Peut-être.

Images utilisées libres de droits © https://frame-illust.com/ 

A toi d'jouer !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :