Voyage au Japon : comment choisir sa compagnie aérienne ?

  » J’ai laissé tous mes malheurs dans mon rétroviseur ! »  (Dingo, Dingo&Max)

Ça y est, tu as décidé de partir.

 

Tu te dis que, oui,  le printemps au Japon, ça doit être sympa. Alors que tu imagines tes futurs selfies très réussis devant les sakura, les nobles cerisiers japonais, tu t’interroges : comment choisir sa compagnie aérienne pour aller au Japon ? Quel avion aura la chance ultime d’accueillir ton incroyable personne ? Quel siège aura l’immense privilège de recevoir ton fabuleux derrière ?

 

 

 

 

Gros budget ou c’est compliqué ?

Si pour toi, le budget n’est pas un problème, si les pistoles coulent comme l’eau du robinet banco baby ! Tu as le grand honneur de me compter parmi les nouveaux membres de ta famille ! Allez aboule le fric, aboule !

Si pour toi, c’est compliqué comme les statuts sur Facebook, bienvenue au club des CEF : Classe Eco Forever. Pour le Japon, tu devras tenir environ 12h dans un machin qui vole. Autant bien choisir le machin.

 

 

Compagnie aérienne sécurité, ou bastacouette j’ai mon parachute ?

A moins d’avoir l’âme en mode bullshit no control et de choisir la compagnie la plus louche, pour sauter dans l’avion le plus flippant, je te déconseille le low-cost. (La meuf elle a des préjugéééés-han !)

Autant, sur de courtes distances, le low-cost peut avoir son intérêt, autant sur les longs-courriers, je vais pas embarquer dans un avion qui me fout des palpitations. (voir la liste noire des compagnies aériennes).

 

Pour mon 1e voyage au Japon, j’ai choisi Air France. Parce qu’il y a « France ». Et la France, c’est Oscar et Louis XIII. Toi-même tu sais. J’ai payé l’A/R 878€. Je sais qu‘il y a moins cher ; certains camarades ont eu des vols à 700, voire 600€, A/R, avec escale.

Parmi les bonnes compagnies aériennes, citons également : JAL, ANA, British Airways, Emirates… (voir le classement des compagnies aériennes (Skytrax)).

 

 

 

Vol direct ou avec escale ?

Pour moi, vol long-courrier = pas d’escale. La flemme. Sortir du truc, attendre, entrer dans un autre avion, et mes bagages qui font aussi la girouette. Flemme. Je fais ma richette et sors mes pistolettes. Car l’avantage de l’escale, c’est le prix. On peut économiser de précieuses pistoles en choisissant un vol avec escale.

Si l’escale peut avoir une incidence sur le prix final, attention à bien te renseigner avant :

Combien de temps durera ton escale ? entre 2 et 10h, c’est pas la même limonade ! Es-tu patient-e, au moins ? Trouveras-tu des sièges assez confortables pour ton derrière de l’aventure ? Trouveras-tu des toilettes impec ? (Tout le monde sait combien je suis à cheval sur la propreté des toilettes.)

Où se fera ton escale ? entre une mégapole chicos et un coin craignos version « fin du monde », y’a de quoi réfléchir. Surtout si ça dure longtemps !

 

 

Départ depuis une grande ville ou un bouiboui ?

Si tu pars d’une grande ville (genre, Paris, ben oui encore eux!), c’est pépèro Roberto. Pas de soucis pour ton avion. Par contre, si tu pars d’une ville plus modeste, il faudra prendre en compte ce surcoût dans ton calcul, car il est fort probable que ton bouiboui ne propose pas de vol pour le Japon.

Air France dispose du service TGV Air, permettant d’inclure le prix du billet de train dans celui du billet d’avion (bah, crois pas qu’ils vont te faire la ristourne de ta vie non plus hein).

 

 

Avion option confort ou OSEF on se démerde ?

Là encore, c’est le débat « low-cost » VS « compagnie de bonne famille ».

Avec Air France, c’était cool. Personnel sympa, disponible, souriant. Nourriture cool. Toilettes cool. Cool, vraiment cool. En plus, j’ai rattrapé (un peu) mon retard côté films. Je rentabilise mon billet jusqu’au bout.

 

Bon, tout de même, au bout d’un moment, la classe éco te fait sentir tout son côté ECO. ça, c’est pas que pour Air France, hein x_x. C’est la loi universelle de la classe éco. J’ai biiien senti les 12h de vol. Mal aux genoux. Impossible de tendre les jambes. Tu te lèves pour te dégourdir, te promener. Mais c’est pas un parc, c’est un avion. Tu te dis qu’un jour, tu seras plus à l’avant, allongé-e avec les chicos, à tremper ta langue millionnaire dans du champagne riche.

 

En conclusion ~ le best-of d’Air Mikki

« Faut réfléchir ! » comme disait mon super sup. Prends le temps de bien checker ces paramètres :

 

  • Prends ton billet d’avion quelques mois à l’avance. Certes, il existe des promos de dernière minute, mais, pour le Japon, je pense que ça le fera pas x_x.
  • Côté promo, justement : check régulièrement le site de l’Office National du Tourisme Japonais ; rends-toi également sur les sites des compagnies aériennes. N’oublie pas les comparateurs de vol (Kayak, Skyscanner, Voyager moins cher…) : ils peuvent te faire gagner de précieuses piécettes !
  • Choisis bien ta ville de départ et celle d’arrivée.
  • Au Japon, on conseille souvent Narita. Mais, pour un voyage à Tokyo, il y a aussi Haneda, plus proche (j’ai eu mon billet moins cher choisissant Haneda n_n).
  • Vol direct ou avec escale : il faut choisir ! Avec tout ce qui en découle.
  • La sécurité avant tout ! Mieux vaut mettre un peu plus d’argent et voyager tranquille.

 

A la prochaine, pour un nouvel article Voyage voyage !

2 Replies to “Voyage au Japon : comment choisir sa compagnie aérienne ?”

  1. Tu peux aussi signaler les sites web qui proposent en un clin d’oeil d’avoir tous les horaires de toutes les compagnies avec leurs prix. skyscanner, googleflight, momondo…

    1. Effectivement *o* ! Très bonne idée ! Je l’intègre de ce pas, merci n_n.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.