Comment faire son programme PVT Japon ?

 

Remplir son programme PVT Japon avec les bons mots et le budget qui met bien. On fait le point mikkiste !

 

Torpeur sur la planète !

Après les formalités, et autres papiers indispensables à la création du dossier PVT, attardons-nous sur le programme. C’est qu’il fait perler la sueur sur les fronts des plus flegmatiques. Comment le remplir, et avec quoi, d’abord ? L’on n’est pas même encore sur le territoire qu’il faut imaginer des excursions, des budgets nourriture et des promenades à Meiji-Jingu.

Si le programme PVT fait autant frémir, c’est parce qu’il permet de savoir, si, concrètement, vous êtes prêt-e ou pas pour le voyage, si vous êtes réaliste. Le Japon, c’est loin. Outre la question financière (je le répète, nul besoin de sortir tous vos lingots d’or), les services de l’Ambassade regarderont votre programme.

Et, quand on le regarde bien : good news ! Il n’est pas si compliqué à faire ! Il suffit de respecter quelques petites régles sympathiques.

 

Ce qu’il faut éviter

Emergency, Lucie ! Pour éviter de se faire retoquer, votre programme devra être tout sauf :

Un programme 100% travail

Comme dit précédemment, le PVT est un Permis Vacances Travail : c’est un visa permettant, et de découvrir le Japon (Vacances), et de travailler (Travail) (Je précise quand même, au cas où).

Si votre programme n’est qu’une accumulation de baito (petit boulot), ça va le faire moyen. Si l’on voit que vous passez plus de temps à bosser qu’à voyager, pourquoi donc vous délivrer un permis vacances travail ? Mieux vaut chercher une entreprise qui sponsorisera votre visa travail. (Believe)

 

Un programme 100% Tôkyô

Même chose ici. Tant qu’à faire, propulsez donc votre incroyable fessier hors de Tôkyô. Même avec un budget collé-serré, vous pourrez découvrir du pays en vous organisant et en courant après les bons plans. Parole de Mikki, doctoresse en discouneterie.

Pensez donc aux services qui étudieront votre programme : 1 an, et, surtout, à Tôkyô, la capitale ? Alors que les cerfs de Nara attendent votre main pleine de biscuits ? Que les vieux manga du musée international de Kyôto rêvent d’être effleurés par cette même main qui voyage ? Et Niigata, la terre des senbei ? Et Kagoshima, ville natale de Tsukimi ?

Néanmoins, ne pensez pas qu’il faille partir en vadrouille dès le début de votre PVT. J’ai fait 7 mois à Tôkyô avant de partir avec ma fourchette et mon sac à dos. Mon programme a été validé du 1e coup (voir ci-dessous).

 

Le programme PVT

Le fameux programme se présente sous la forme d’un tableau. Le modèle est délivré sur le site de l’Ambassade. Faites simple et ne le customisez pas : pas de changement d’ordre des rubriques et autres amusements. Vous gagnerez du temps. Par contre, vous pourrez mettre un peu de couleur.  Exemple (échantillon n_n) :

Les informations à renseigner

Colonne « Période » :

Périodes durant lesquelles vous serez à tel ou tel endroit. Soyez précis-e ! Au diable les « vers août  » et autres « 1 mois et 10 jours… » Est-ce en septembre ? En mars ? En quelle année, au juste ? Nous ne sommes pas dans votre cerveau génial, alors, de grâce, soyez clair-e-s ! Ecrivez plutôt (ex) : du (JJ/MOIS/ANNEE) au (JJ/MOIS/ANNEE), soit … mois et … jours.

 

Colonne « Ville et préfecture » :

Votre ville de résidence pour la période + budget prévu pour le loyer + sites sur lesquels vous chercherez un logement. Plus votre standing est haut (appartement, chambre privée etc.) plus c’est cher n_n.

 

Colonne « Activités » :

Travail : emplois envisagés + estimation du salaire + sites sur lesquels vous chercherez un job.

Activités et tourisme : tout le reste ! Ma partie Tokyo fait 2 pages, à cause de ça. Autant dire que j’ai bien bombardé. Peut-être trop, même, ahah. Mais mieux vaut trop de détails que pas assez ! Par « tourisme », on entend pas forcément les grosses visites qui vous font crachez vos yens. La découverte d’un jardin, par exemple, compte comme une activité !

J’ai choisi de découper cette partie par quartiers : Asakusa, Shibuya, Ikebukuro etc. Dites-moi dans les commentaires si vous souhaitez en savoir plusn_n.

 

Du détail, du détail, du détail !

Comme dit plus haut, c’est vraiment sur ce point qu’il faut se concentrer. Détaillez au maximum votre programme. L’on verra que vous savez où vous allez. Pour vous, c’est aussi un moyen de mieux anticiper vos coûts. Les visites ne sont pas toujours gratuites, et les transports coûtent cher ! Ici, à côté de chaque sortie/visite payante, notez bien son coût. Par exemple : 900 yens pour visiter l’observatoire principal de la Tôkyô Tower, 100 yens pour faire le tour de Shibuya via le bus Hachiko etc.

 

Un peu de calcul pour les épices

Chaque période de votre programme devra être budgétée. J’ai noté mon budget sous mon listing « Activités et tourisme ». Pour Tôkyô, ça donnait :

J’ai prévu très large. Une fois sur place, je me suis rendue compte qu’on pouvait facilement dépenser moins. La nourriture, par exemple O_O. Sérieux – si on ne compte pas les extras – avec 10 000 yens/mois, on mange bien. (Moi, tant que j’ai mon sac de riz… !) Même pour les transports, y’a moyen de rogner.

Mes premiers achats à Tôkyô. Féculents, légumes, thé, eau, soda. J’ai tout compris à mangerbouger.fr

A la toute fin de votre programme, vous terminerez par votre budget récapitulatif. Ne l’oubliez pas !

Exemple :

Terminez sur une balance positive, les louuups. Toujours terminer sur une balance positive. Si l’on voit que vous finissez dans le rouge, on va déduire que vous ne savez pas maîtriser votre budget, que vous risquez de galérer, une fois au Japon.

 

En bref ~ le récap !

Le programme PVT est un tableau détaillant l’ensemble de vos activités au Japon.

Colonne « Période » : période durant laquelle vous serez dans tel ou tel endroit. Ecrivez-la clairement !

Colonne « Ville et préfecture » : logement choisi, budget, pistes de recherche.

Colonne « Activités » :

Travail : jobs envisagés, salaire, nombre d’heures, pistes de recherche.

Activités et tourisme : lieux visités + coût.

Bilan pour une période concernée : là, vos dépenses peuvent être supérieures à vos recettes.

Budget récapitulatif : c’est ce buget-là qui devra être positif.

 

Et voilà ! Vous êtes ready to go ! N’hésitez pas à m’envoyer vos questions dans les commentaires. Si vous souhaitez me montrer votre programme, c’est ok !

Bon courage et à la semaine prochaine, pour un focus sur la lettre de motivation du PVT !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.