Les Chrysanthèmes de Shinjuku Gyoen

Chrysanthèmes - chrysanthemum exhibition -Shinjuku gyoen

« A Higo, Saga, Hichimonji et les autres » (Mikki Forever)

 

Du 1e au 15 novembre dernier, dans le jardin impérial national Shinjuku Gyoen, se tenait la très attendue exposition de chrysanthèmes. Celles et ceux qui me suivent sur mon tout nouveau et frétillant compte Instagram ont pu voir quelques clichés des damoiseaux : eh oui, « chrysanthème » est masculin ! C’était l’instant « cours de français » de Mikki Forever.

 

 

On l’appelle Monsieur

Les jolies fleurs, cultivées sur les terres de Shinjuku Gyoen depuis le 19e siècle, ne se dévoilent au public que durant ces deux semaines. Si, en France, les chrysanthèmes servent notamment à orner les tombes, à la Toussaint, au Japon, ils symbolisent la puissance de la famille impériale.

C’est donc avec le plus grand soin qu’ils sont entretenus, préservés, loin des regards curieux et de la foule. Ils se présentent sous nos yeux dans un bel écrin – en ce dimanche 11 novembre, le temps, ensoleillé et tempéré (il faisait presque chaud, en début d’après-midi), se joint aux festivités.

 

Les Japonais sont venus nombreux. En famille, en couple, entre amis, en solo, ils profitent de ce sympathique dimanche pour lézarder dans l’herbe. Une nappe étendue, quelques snacks, un peu de boisson pour hydrater la bouche qui s’assèche, la bouche qui rit et bavarde, il fait beau, c’est l’été indien.

Certains s’inquiètent, tout de même « なんかへんじゃん » (Nanka hen jan ?/ C’est pas un peu bizarre, quand même ? » L’on voit des sakura fleurir. C’est le novembre bouleversé. Le climat renversé.

 

Chrysanthèmes - chrysanthemum exhibition -Shinjuku gyoen

 

Ise Saga Ozukuri Bed

Les chrysanthèmes, eux, nous ravissent avec leur mille couleurs. J’ignorais qu’il existait tant de variétés. Je découvre les jolis Ise et Saga, crées en 1955. Monsieur Ise présente des pétales tombants, comme une belle chevelure. Quant à Monsieur Saga, il s’impose et rayonne, avec ses pétales droits et fins.

 

Chrysanthèmes - chrysanthemum exhibition -Shinjuku gyoen
Les cheveux de Ise

 

Chrysanthèmes - chrysanthemum exhibition -Shinjuku gyoen
La confrérie des Saga blancs

 

Chrysanthèmes - chrysanthemum exhibition -Shinjuku gyoen
Le cercle des Saga jaunes

 

Chrysanthèmes - chrysanthemum exhibition -Shinjuku gyoen

 

Et les autres ? Ils dorment encore, ou font semblant. Bien installés dans leur gigantesque lit, les « Ozukuri bed » sont une petite fierté, au Japon (première création en 1884). Il ne faut pas moins d’une année de patience et d’attention constante, pour arriver à cultiver ces centaines de fleurs sur un dôme unique. Ce style original a été inventé là, à Shinjuku Gyoen. On l’appelle le style des « mille fleurs » (thousand bloom).

 

Chrysanthèmes - chrysanthemum exhibition -Shinjuku gyoen
Le lit d’Ozokuri

 

 

L’araignée à la tête impériale

A côtés des mille fleurs, les larges chrysanthèmes révèlent toute leur beauté. Ils pavanent, ils ont raison ! Messieurs Ichimonji et Kudamono ont été crées en 1925. Ils grandissent ainsi, fleur unique parmi les fleurs, et gagnent en majesté. Kudamono san, aussi appelée « l’araignée »,  est facilement reconnaissable à ses pétales tubulaires. Ichimonji san, lui, a aussi son petit – mes excuses – grand nom : « Gomonsho-giku », ou le sommet impérial des chrysanthèmes. Peut-être doit-il ce nom à ces larges pétales, formant comme un soleil. Impérial.

 

Chrysanthèmes - chrysanthemum exhibition -Shinjuku gyoen

 

Chrysanthèmes - chrysanthemum exhibition -Shinjuku gyoen
Kudamono l’Araignée

 

Chrysanthèmes - chrysanthemum exhibition -Shinjuku gyoen
Ichimonji, la tête impériale

 

 

Higo le samouraï

Je continue ma promenade, et les fleurs parlent. Elles parlent fort ! N’allez surtout pas les mitrailler à la rapide, avec empressement et avidité. Vous risqueriez quelques déconvenues au moment de visionner votre production. C’est qu’il se passe des choses étranges, au royaume des Chrysanthèmes.

Je regarde, entends l’un qui me réclame, me présente, patiente. C’est le jeune Higo, variété développée dans la ville du même nom, dans la préfecture de Kumamoto (première création en 1930). Higo a l’air simple, au premier abord. C’est pour mieux cacher son art. Elevé au milieu des samouraï, Higo a appris à ne montrer sa grâce qu’à celles et ceux qui le méritent. Sa culture oblige d’ailleurs à une discipline stricte, jalousement gardée par l’école de Hideshima.

 

Chrysanthèmes - chrysanthemum exhibition -Shinjuku gyoen
Higo le Samouraï

 

 

Le secret des Ogiku

La promenade fleurie se poursuit. Le parcours est pensé pour permettre au plus grand nombre d’admirer, et de photographier, les nobles du jour. Cela n’empêche pas quelques attroupements, mais rien qui n’échauffe les nerfs, bien entendu. L’on attend son tour, l’on discute, parfois. Je rencontre deux Françaises et leurs amis japonais. La discussion se fait en japonais, autour des resplendissants Ogiku. Ces jeunes messieurs, crées dès 1884, sont précieux et charmants, avec leur forme ronde et leurs couleurs. Mon interlocuteur japonais me pose devant une énigme : l’arrangement des Ogiku, unique, recèle des couleurs cachées, visibles uniquement en regardant d’un certain côté. Le soleil couchant, complice, m’aide à percer le mystère…

 

Chrysanthèmes - chrysanthemum exhibition -Shinjuku gyoen
Prince Ogiku Murasaki au soleil couchant

 

Chrysanthèmes - chrysanthemum exhibition -Shinjuku gyoen
Chevalier Ogiku Shiroi et les ombres lumineuses

 

Chrysanthèmes - chrysanthemum exhibition -Shinjuku gyoen
Duc Ogiku Ki aux derniers éclats du jour

 

Chrysanthèmes - chrysanthemum exhibition -Shinjuku gyoen

 

 

Au Bonheur des Chrysanthèmes

Il faut les voir, les admirer, les écouter. Attendre. Arrêtez-vous un instant pour contempler les beaux chrysanthèmes. Comme Takao san, qui chantait à l’oreille des plus patients, Higo, Ogiku et leurs camarades vous réservent des instants enchantés. Rendez-vous, je l’espère, l’année prochaine, pour un nouvel après-midi avec les nobles chrysanthèmes.

 

***

 

Des mots pour le dire

菊 (kiku) : chrysanthème

菊の花 (kiku no hana)、菊花 (kikubana) : fleur de chrysanthème

(hana) : fleur

菊の季節 (kiku no kisetsu) : saison des chrysanthèmes

(murasaki) : violet

(ki) : jaune

白い (shiroi) : blanc

 

Les infos pratiques

Nom du jardin national impérial : Shinjuku Gyoen (新宿御苑)

Adresse : 11 Naitomachi, Shinjuku, Tokyo 160-0014

Tarif : 200 yens (50 yens pour les enfants)

Site Internet (en anglais) : http://www.env.go.jp/garden/shinjukugyoen/english/index.html

Accès :

Yamanote : descendre à Shinjuku, puis prendre la « New South Exit » (pas la « South », hein ! Il existe bien une « New South Exit », eh oui). Marchez une bonne dizaine de minutes (les transports, c’est du sport !)

 

Métro : ligne Marunouchi (la rouge ! Ma petite Maru !), descendre à Shinjuku Gyoen Mae.

A toi d'jouer !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.