Fire Museum – le musée du feu de Tokyo

Non Fire ! (Karl Heinz Schneider, Captain Tsubasa)

 

C’est en me promenant dans les rues du quartier Yotsuya que je découvre le musée du feu. L’endroit, discret, ne figure pas sur les grands guides touristiques. Et pourtant ! Faites une halte au musée. L’endroit vous plongera dans la grande histoire des hommes et du feu.

 

 

Les hommes et le feu

Le Japon lutte, depuis le commencement, contre les éléments naturels. L’île est fragile, frappée par les tsunamis, les séismes… et le feu.

1657, à Edo. La ville est tristement connue comme la « capitale des incendies ». La population ne cesse de croître, et de s’appauvrir. L’on construit – comme ailleurs au Japon – avec du bois et du papier. Lorsque que le feu arrive, en ce jour de 1657, il ravage la majeure partie de la ville, et fait plus de 100 000 victimes. Connu sous le nom de « Grand incendie de Meireki », ce désastre a fortement marqué les populations. Le shogunat n’aura de cesse de moderniser les constructions, de former et d’équiper ses hommes, pour éviter les dramatiques incendies.

 

 

Le moderne tranquille

A l’accueil, une charmante dame me dirige vers les ascenseurs. Le musée dispose de tout le confort – fontaines à eau, cabinets d’aisance – pour moi qui pisse partout depuis que j’ai découvert le sol japonais, la mention à son importance : je peux boire, et uriner.

Le musée du feu est également accessible à tous : personnes à mobilité réduite, poussettes, familles… Encore un bon point !

 

L’histoire à étages

Le musée du feu s’étend sur 6 étages. Je commence par le sixième, et file dans l’ascenseur. Je prendrai les escaliers pour descendre tranquillement les autres étages.

6e, ou l’étage de la prévention. Comment le Japon lutte t-il contre les catastrophes naturelles ? Maquettes d’appartements, sacs de survie, on voit, concrètement, ce qu’il faut faire en cas de danger. Vous pourrez également monter dans un simulateur de séisme, et éprouver les terribles minutes du 11 mars 2011.

 

 

Les autres étages sont consacrés à la lutte contre les incendies, à travers les siècles : création et formation de brigades d’hommes, pour lutter contre le feu (火消 [hikeshi], lutte contre l’incendie). Construction de nouveaux outils et matériaux : uniformes des brigades, abandon progressif du cheval pour la voiture, du bois, au profit de matériaux plus résistants etc.

 

 

La visite des différents étages est passionnante ! Il y a peu de monde dans le musée ; l’on peut facilement avoir un étage pour soi ! Prenez le temps de vous arrêter devant les différentes reconstitutions : les villes et les hommes, les hommes luttant contre le feu. Des explications en anglais vous apporteront de précieuses informations.

 

Le petit plus, pour les enfants

Retour au 6: une micro salle de projection diffuse un petit film d’animation – en japonais uniquement, hélas. Des animateurs proposent également des jeux pour les enfants : quizz, puzzles, pour apprendre en s’amusant. Bon, euh, j’ignore si les animateurs parlent anglais. De toute façon, le langage du jeu est universel u_u.

Autre plus, à l’extérieur, cette-fois : un hélico ! Un vrai ! Je vous laisserai le trouver, celui-là. Les enfants, ravis, peuvent monter à bord du petit hélicoptère et jouer les pilotes ! J’aurais bien aimé coincer un bout de cuisse dans l’hélico, moi (hélas, ce n’est que pour les enfants è_é !!)

 

 

Le grand plus, pour petit-e-s et grand-e-s

De retour au rez-de-chaussée, prêt-e-s à ressortir du musée ? Tournez-vous du côté du grand hélico : vous voyez l’escalier ? Descendez les marches, et découvrez un mini musée dans le musée ! Au sous-sol, une galerie de voitures, camions, et autres véhicules à moteur conclue admirablement la visite. De petits bolides sont à disposition, pour les enfants (ces veinard-e-s alors !). Au bout de la galerie vroum vroum, place à la boutique de souvenirs. Vous repartirez bien avec des petits goodies ?

 

Le Musée du feu, en bref

Le Musée du feu n’a pas à souffrir de la comparaison avec de grands musées, comme celui du château d’Osaka. Calme et convivial, il est une heureuse surprise. On peut prendre des photos, se poser… J’ai vraiment eu l’impression d’avoir le musée pour moi seule !

En visite à Tokyo ? Cap sur le musée du feu !

 

Fiche technique

Adresse : Fire Museum, 3-10 Yotsuya Shinjuku-ku

Tél : 03-3353-9119

Horaires : 10-17h (fermé le lundi).

Tarif : GRATUIT ! FREE ! 無料 (muryou) !

Accès : Marunouchi Line, arrêt Yotsuya 3 chome, sortie 2.

Site Internet (en anglais) : http://www.tfd.metro.tokyo.jp/eng/index.html

Des brochures (en anglais) sont disponibles dans le musée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.