Partir

Le challenge de 2018 :

Quitter son lit.

Pourquoi partir ?

 

Et pourquoi pas, d’abord ? Après les cris de scandale devant l’état de notre compte bancaire, on se ressaisie et on espère. Quitter le lit, la chambre, le logis, la zone de confort. Au Japon ou ailleurs, c’est le même challenge : quand il faut partir, ce ne sont pas les kilomètres qui comptent.

Dans la région d’à côté, le pays d’en dessous ou le continent d’après, partir, c’est dur. D’autant plus lorsque l’on est casanier-ère. Encore plus si l’on tient à sa région. Terriblement plus si l’on envisage de partir loin et/ou pour une longue période.

 

 

Pourquoi partir, alors ? Pourquoi diable se choquer le cœur, ce pauvre petit cœur de 2018, qui ne demande rien d’autre que de battre tranquillement, dans notre poitrine sédentaire ? Quelle idée que de le traumatiser avec des voyages ? Et pourquoi pas lui faire subir le trekking, le base jumping, le bull riding, tous ces sports extrêmes en –ing qui font flipper ! Moi, l’action, je l’aime le vendredi soir, devant un épisode de Chérif, sur France 2. Là oui, le cœur bondit, l’ennemi arrive, qui est coupable, je croque des chips et établis les pronostics.

 

Je m’en vais !

 

Lorsque, dans ce petit cœur sédentaire, une flamme aventurière se met à brûler – doucement, on reste à la cool –  lorsqu’en te regardant le matin, devant ton miroir ou l’écran noir de ton téléphone portable, tu remarques une lueur étrange dans ton regard de lève-tard, c’est que tu l’as, ton courage. Tu as envie de partir. Ta bouche pâteuse s’y met, elle aussi, s’ouvre en grand et souffle fort : partir ! C’est le matin, et tu as des envies d’ailleurs.

 

 

Nul besoin d’imaginer un périple en milieu hostile, avec ton bâton, la plante empoisonnée, l’animal féroce et le moustique tueur. Changer de région sera peut-être ton aventure à toi. Si tu y arrives, félicite-toi. On est toujours loin quand on est plus chez soi.

Et le nouveau « chez soi » pourra être plus loin encore. Pour moi, c’était le Japon. Pour toi, ce sera peut-être une autre région, un autre pays, une culture nouvelle et des petits pains marocains à volonté.

Si tu ne sais pas, pars ! Si tu as peur, pars ! Tu trouveras les réponses sur ton nouveau territoire. Parfois, c’est en partant que l’on se découvre. On déménage pour partir à la recherche de soi-même. Tu es l’architecte de ta vie. L’héroïne, le héros, c’est toi.

 

 

Mais tu es aussi ton boss de fin. Les problèmes financiers sont là, oui ! Les contraintes du quotidien aussi. Devant la porte de l’aventure,  tu te dresses, fébrile. Sors fulguro-poing ! Ton frisbee lunaire !  Pars ! Et fracasse la porte.

Il n’y a donc pas de recette miracle – c’était bien la peine de disserter sur la chose, vile Mikki ! – mais, plutôt, une série de conseils avisés :

 

Partir un jour ~ voyage sans retour

Il fallait oser faire un featuring 2be3/Malice Mizer. C’est fait.

 

Tu dois vivre ta vie, pas un rêve de vie. (Tonton, le père de Lucile/Yaeko, dans Lucile amour& rock’n’roll/ Aishite knight. Avoue, mes citations tabassent.)

Tu as le droit de rêver. Et tu as le droit de vivre tes rêves. Entendons-nous bien sur la signification de « rêves » : tes trucs illicites, glauques, chelous, garde-les bien au fond de ton 38e neurone.

Rapproche-toi de sites, forums, réseaux sociaux dédiés aux voyages. Tu trouveras certainement des gens qui, comme toi, veulent partir. Vous pourrez même le faire en groupe !

Prépare-toi… tranquillement. Certain-e-s voudront tout contrôler, quand d’autres partiront sans chemiseuh, sans pantaloon (#RikaZarai). Moi par exemple, je me suis révélée reine de l’organisation : des livres de japonais au scotch, tout était dans ma valise !

Laisse-toi aller. Un peu de feel good dans ton jus d’orange pressé te fera le plus grand bien. La vie est une aventure ! Ose simplement partir, sans chercher à te comparer aux autres, à viser des objectifs. Ton seul objectif, tu l’as déjà atteint : tu pars. Tu seras agréablement surpris-e devant tes exploits, sur ton nouveau territoire. C’est là-bas que tu découvriras ton nouveau champ des possibles.

Ça fait un peu gourou, là.

Je devrais penser à ouvrir mon cabinet.

 

Sur ce, je te dis Boooon voyaaaage ! Comme dans le générique de One Piece !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.