Le mois du manga # Glénat

Enfin, le retour. La France, belle terre de Louis XIII !

Cap sur Lille !

En novembre, le Furet discute manga. Avec les éditeurs, c’est encore mieux. Allez go !

 

Invité du jour ~ Benoit Huot, responsable éditorial de Glénat manga.

 

Viens donc au Furet du Nord, toi aussi. Tu verras, c’est la bonne ambiance.

La grande librairie lilloise offre de beaux espaces ; au rez-de-chaussée, la presse, le polar et la littérature. Au sous sol, la zone gamers. La BD, c’est au 1er ! Manga et franco-belge, avec un espace rencontre pour les discussions autour de. Aux étages supérieurs : langues, ciné, animation, déco, scolarité, histoire !! Louis XIII Forever !! #zeking.

Bon, nous, on redescend à l’espace rencontre. C’est là qu’on se retrouvera tous les samedis de ce mois, pour causer manga.

 

Il fait chaud.

Il fait toujours chaud au Furet. Pas la petite chaleur qui t’ambiance le corps. Non. Ici, c’est la canicule everyday. Même en hiver tu viens en T-shirt. C’est la folie du thermomètre. La chaleur des gens du Nord.

Benoit a dû être briefé. Il est en T-shirt. Mon année japonaise ne m’a pas fait oublier les particularités locales. Je balance mon lourd gilet et fais péter le T-shirt. T-shirt défoncé par la machine à laver de la maison d’Osaka. #neverforget.

L’espace rencontre est bien rempli. Je trouve miraculeusement une place pour poser mon derrière mikkiste. Let’s talk !

 

De l’épineux choix du manga

Interro surprise version Glénat : comment un éditeur choisit-il un manga ? Benoit sourit. On se regarde les uns les autres. Les mains se lèvent et les bouches s’ouvrent : notoriété du mangaka ! C’est vrai que ça peut jouer, concède le responsable édito. Chiffres de ventes au Japon ! Ouais, c’est un indicateur de popularité. Ligne éditoriale ! Ça, c’est de moi. #jeconnaislamaison. En fait, j’ai dit « en fonction de la sensibilité de l’éditeur », en mode romance. Mais tu comprends l’idée.

Y’a de tout ça, en effet. Il y a surtout nous. Je toi nous vous elles ils au singulier pluriel. C’est le « Toi+Moi » de Grégoire ! Le « Ensemble » de Sinclair ! (Je suis de retour, on va faire une révision musique, je te sens fébrile) (En plus, j’ai relu Podium, alors ça va swinguer du Claude François !).

Le lecteur est essentiel. Benoit insiste : tout éditeur est, avant tout « un premier lecteur de manga ». C’est en se mettant à notre place qu’il perçoit, sent, voit, imagine, se projette. Ce manga rencontrera t-il son lectorat ?

Attention, ici on est pas dans Wall Street. Y’a pas que les chiffres de vente dans la vie. Benoit rappelle les différences entre, par exemple, un One Piece, qui va rassembler un large public et faire grimper les ventes, et un Akira, qui ne ciblera pas le même lectorat. C’est pas la même limonade ! Et c’est heureux. « Faut de tout pour faire un monde », souviens-toi d’Arnold et Willy.

L’éditeur évalue donc tous ces paramètres en amont, pour mieux cibler son lectorat, et sa future campagne de com. Objectif : positionner le manga de façon à lui faire rencontrer son public.

En construction

Tu es éditeur. Tu veux publier des manga.

Il te faut un manga.

Ils sont au Japon. Chez les éditeurs japonais.

Tu les contactes. Tu contactes leur « service droits étrangers », précise Benoit.

Tu es enthousiaste et tu as raison ! Tu demandes des échantillons du manga convoité.

Tu lis. Tu aimes. Tu discutes avec l’éditeur japonais. Tu n’es pas le seul sur le titre. Courage.

Tu proposes ton offre. Tu as beaucoup de pognon ou tu n’en as pas (beaucoup).

C’est pas forcément ça qui convaincra l’éditeur japonais.

Tu peux te faire refouler, avec ton paquet d’argent.

Si tu ne sais pas quoi en faire, je suis là.

L’éditeur japonais t’aime bien. T’es sérieux. Il sent ta passion pour le manga.

Tu obtiens les droits.

Tu es content. Tu fais la fête.

Tu pleures.

Tu as 4 mois pour sortir le titre, disons, à tout hasard, en France. C’est le délai moyen, chez Glénat. Parfois, c’est encore plus court : la sortie mondiale du treizième Evangelion 13 donna bien des sueurs à la team. 1 mois et demi pour sortir le tome. Pleure, pleure.

Mais tu ne sors pas le treizième tome d’Evangelion. Tu as un peu de temps. Tu rassembles tes traducteurs, choisis celui dont la sensibilité s’accordera le mieux avec le manga à sortir. A Glénat, ils sont une vingtaine. Le traducteur indexe le manga : note chaque bulle et onomatopée, et traduit sous Word.

Passe au maquettiste. A la correction. Contrôle de la team éditoriale. Tacle des traducteurs. Centre pour les maquettistes. Amorti de la correction. Hier, c’était Japon-Brésil au Grand Stade de Villeneuve d’Ascq, pas loin de Lille. #ouetaitroberto #lovemisugi

Tu as ton manga ! Il est beau, luisant comme une brioche. Tu lui mijotes une belle campagne de com. Le lectorat est là, avec des yeux qui pétillent. Elle est là, l’heureuse rencontre.

 

La question en plus

« Depuis quelques années, on parle d’une crise du manga. Comment Glénat se positionne t-il face à cette crise ? Estime t-il qu’il y a une crise, d’abord ? »

Benoit Huot nuance : au regard des chiffres, oui, il y a crise. « Les éditeurs vendent moins qu’avant. » Cependant, cette baisse est plus un retour « à la normale », selon le responsable éditorial. La croissance exponentielle des années 90 était exceptionnelle, la France ayant des années de retard sur le Japon. Le marché était en construction. Aujourd’hui, il s’est structuré, d’où un tassement des ventes, bien plus conforme à ce qu’il devrait être. Plus qu’une crise, il convient de parler d’une « évolution » du marché.

Un grand merci à Benoit n_n !

 

 

 

 

 

2 Replies to “Le mois du manga # Glénat”

  1. Aurons-nous la chance de voir édité en France Tokyo Crazy Paradise, de Nakamura Yochiki ? Le manga est plus sombre, le dessin beaucoup moins travaillé que Skip Beat, du même auteur. N’empêche que le scénario est à tomber ! C’est un titre qui vaut la peine de s’y intéresser !

    1. Très bonne question n_n ! Le titre aurait peut-être plus de chances de sortir chez Casterman, qui édite aussi Skip Beat!. On pourrait ainsi découvrir les précédentes œuvres de l’autrice. Skip Beat! marche pas mal, et pourrait propulser Tokyo Crazy Paradise. « Il faut attendre et espérer », comme dit mon cher Gankutsuou^^

A toi d'jouer !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.