Gwendoline

Gwendoline vol.3 – hélas, trois fois hélas !

Hélas encore, pour les épices.

Précédemment dans Gwendoline.

L’autre jour, en allant acheter ma paire de baskets, j’ai vu une jeune femme à cheval. Elle avait l’air digne et distingué. Elle se la pétait bien, sur son cheval. Alors que moi j’étais en voiture, comme une sale pollueuse.

Oui c’est moi, Mikki Sans Plomb 95.

Hélas, ils sont tous trop naïfs !

Le bel Arthur vient chercher Gwendoline pour qu’elle rendre visite à son papa malade, son reup, son paternel, son paternot. Las ! Les méchants Antoine et Mary l’apprennent et vont tout rapporter à leur terrible mère. La naïve Gwendoline et ses naïfs amis rêvent à l’heureux jour de réunification familiale. Encore hélas ! La méchante, la nouvelle femme du père de Gwendo (je sais même plus son nom !) manipule le grand-père (de Gwendo) pour empêcher (Gwendo) de voir son malade de père. Le gars va peut-être mourir, mais bon.

Hélas, il n’y a plus rien à dire !

Je ne sais plus comment chroniquer cette série. Le père, là, qu’est ce qu’il lui a pris d’épouser une aussi horrible femme ? Il avait pas pris ses pilules !? Comment faire lire cette histoire aux enfants ? Les petites filles vont confondre gentillesse et stupidité, non merci. Car dans la vraie vie, point d’Arthur et compagnie.

Hélas, ce courant très fort – poussé par les éditeurs eux-mêmes – de shôjo manga version « héroïne courageuse dans la faiblesse » perdure  aujourd’hui. Se sont des paquets de filles polies, douces, aimantes, serpillères, roseaux branlants ébranlés, idiotes compulsives, qui peuplent les manga.

A toi d'jouer !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :