Les Misérables

Les Misérables vol.4 – quelques jours heureux

Un peu de joie, au milieu des larmes.

Précédemment dans Les Misérables.

Le cauchemar et les jours heureux

Fin du cauchemar, pour la jeune Cosette. Auprès de son nouveau père, elle revit, grandit, devient une jolie jeune fille.

Les Thénardier, eux, réussissent à s’attirer la sympathie des mourants. Ils ne font pourtant que que piller les cadavres. Leur nom entre dans les archives. Marius, le fils du soldat, le cherchera, lorsqu’il grandira.

Pour l’instant, il est encore enfant. Grâce aux bons soins de ses grands-parents, il s’affermit dans la détestation et le mépris de son père, ce bonapartiste. Plus tard, il comprend. Mais il est trop tard. Marius fuit ses grands-parents, court chercher ce père qu’il n’a pas connu, se confronte à la vie brutale, faite de joutes oratoires et de disette. Il survit, termine ses études de droit. La rudesse du métier d’avocat ne lui convient cependant pas. Il préfère l’honnêteté d’une vie de traducteur. Il recherche toujours l’homme qui « a sauvé son père », n’est-ce pas. Fichu Thénardier !

En attendant les jours heureux

Un tome au rythme plus posé. Nous laissons un instant Jean Valjean, pour ouvrir le chapitre « Marius ». Notre sang se glace, en pensant aux terribles Thénardier. Qu’ont-ils fait à leurs filles ? Que feront-ils de Marius ?

A toi d'jouer !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :