Les Misérables

Les Misérables vol.5 – l’amour, entre elle et lui

L’amour au premier regard.

Précédemment dans Les Misérables.

Je me suis ouvert l’index gauche en coupant mon sac de carottes. Heureusement que mon clavier est noir. Mais le sang va-t-il s’infiltrer entre les touches ? Comment allez-vous, au fait ?

Marius ne va pas très bien. Nous l’avons laissé dans sa modeste chambre de la maison Gorbeau. A-t-il revu Cosette ? A-t-il retrouvé le prétendu sauveur de son père ?

L’amour comme la foudre

Vous êtes-vous déjà entiché(e) d’un(e) inconnu(e) ?

On regarde au début, comme ça, l’air de rien. C’est reposant pour les yeux, les belles personnes. ça réchauffe le cœur. Les jours passent, le regard se fait plus doux encore, et l’on imagine des choses.

De quoi va-t-on causer ? Le climat. C’est tranquille et sans vagues. Les vagues révolutionnaires, les contestataires. On ne va pas causer politique, non ! Le temps, c’est bien. Le printemps passe, et l’été, et l’automne, voici l’hiver qui meurtrit le cœur des hommes.

Marius aimait la jolie inconnue du parc. Las, elle a subitement déménagé, laissant le jeune homme éploré. Ses voisins le ramènent à ses obligations, et le garçon, horrifié, redécouvre leur dénuement. Mais il s’alarme vraiment lorsqu’il comprend que ces gens ont des liens avec son aimée, et avec son défunt père.

Amour tragique

Les fils du tragique se tissent autour de leurs marionnettes. C’est terrible, comme ces gens semblent être liés. Les Thénardier, les Jean, les Cosette, les Javert. Tout ça part s’enfermer dans la maison Gorbeau.

Mais on espère encore. Des jours heureux pour Jean et sa fille. Une rencontre avec l’honnête Marius. N’ont-ils pas assez souffert ?

A toi d'jouer !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :