Love, Be Loved, Leave, Be Left vol.2

Yuna est amoureuse de Rio. Pour la première fois, la jeune adolescente s’éprend d’un garçon, un vrai, avec ses failles et ses peurs. Le prince charmant peut aussi pleurer.

 

 

Précédemment, dans Love, Be Loved, Leave, Be Left

 

Recomposer des morceaux de famille

En se rapprochant de Rio, Yuna découvre un jeune homme blessé. Son apparente décontraction cache un secret qu’il n’ose avouer. Il essaie, tant bien que mal, de trouver sa place dans cette famille étrange. Avant, Rio et Akari n’étaient pas frères et sœurs. Leurs parents leur ont annoncé leur décision brusquement, un jour de pluie. Depuis, Rio compose, et tente d’être un frère. Mais c’est quoi, un frère ? Ça se comporte comment ? C’est un ami, un confident ? Y’a-t-il un « manuel du bon frère » ? En se mariant, les parents ont bouleversé la vie de l’adolescent. S’en rendent-ils seulement compte ?

Et Akari ? Elle aussi essaie d’être une sœur, une vraie. Y parvient-elle ? A la voir si épanouie, on a envie d’y croire. Akari regarde les autres, Kazu, en particulier. Le plus décontracté de la bande – on dirait qu’il n’a aucuns problèmes ! Il rit, sourit, et envoie des messages qu’Akari interprète malgré elle. La jeune fille pourrait-elle commencer une nouvelle histoire d’amour ?

Et Yuna ? Que fera t-elle de son amour, déjà bien compliqué ?

 

Omoi, omoware, furi, furare © Io Sakisaka/2015 / Shûeisha Inc.

 

Une espèce de frère

Le shôjo manga confirme ma très bonne impression du premier tome. Je suis pourtant loin d’être le public cible d’une telle histoire d’amour. Moi, c’est railleries au quotidien, vengeance et sang qui jaillit. Et pourtant ! Io Sakisaka, l’autrice, a, une nouvelle fois, réussi à m’entraîner dans son histoire. Je suis même, encore plus rapidement qu’avec Blue Spring Ride, entrée dans l’histoire de Yuna, Rio, Akari et Kazu.

Le thème de l’amour est habilement traité. Je trouve qu’il a une dimension « aérienne ». Le joli trait d’Io Sakisaka, léger et clair, renforce cette impression.

Si la romance est bien présente, le shôjo manga traite également des histoires de famille. Rio se retrouve frère malgré lui et souffre de cette situation. Il aurait souhaité un autre rôle. Etre un ado, c’est déjà compliqué. Etre un petit-ami, peut-être ? On se met à sa place, et on imagine sans peine son désarroi.

Kazu a, lui, un côté « frère ». On dirait le grand-frère sympa et attentionné, l’ami, le confident qu’on aimerait avoir. Il paraît avenant et sympathique, et, en même temps, assez détaché des tracasseries amoureuses.

Le tome se termine sur un retournement WAW  O_O  ! Vivement la suite n_n.

 

_________________________________________________________________________

Titre VO : 思い、思われ、ふり、ふられ [omoi, omoware, furi, furare]

Titre VF: Love, be loved, Leave, be left

Autrice : Io Sakisaka

Série en cours : 5 tomes sortis en France, 6 au Japon

Editeur VO : Shûeisha, 2015 | Editeur VF : Kana, 2016

Genre : c’est compliqué !

A lire dès 12 ans

A toi d'jouer !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.