Please love me

Please love me vol.1 à 3 – trentenaire au bout du rouleau

Faudrait un mode d’emploi des trentenaires.

Emballée par Brainstorm’ seduction, je me suis dit : pourquoi pas une autre série sur les trentenaires en galère ?

Tough life

Michiko Shibata, 29 ans, célibataire depuis (bref), chômeuse. Dur. Parce qu’elle aime la viande. Avec quoi pourra t-elle s’en acheter, maintenant que Salaire s’est barré ?

Michiko, elle fait pitié. Visage passe partout, corps à l’emporte-pièce, no swag, que du discount. Son appart est à son image : petit, mal fichu, et elle galère pour payer le loyer. C’est la zermi, yo.

Tu comprendras que quand Michiko rencontre Ayumu Kurosawa, son ancien chef, elle soit pas pétée de joie. Le mec a déjà réussi à retrouver un job. Il peut manger de la viande, lui. Enflure.

Comment réagit Michiko ? En courant se faire arnaquer par un obscur étudiant. Le pire, c’est qu’elle pense que c’est le big love. Tu sens la détresse de la fille.

Avant le big love

Au début, j’ai craint que le manga, sous couvert de josei, déroule l’histoire d’une caricature d’héroïne de shôjo. Tu sais, l’archétype cruchette ? En voyant Michiko et ses délires (surtout avec son bellâtre, là), je me suis dit : non, cette fille est bête, tu es la honte de l’humanité, je te jette ma chaussette. Heureusement, ce trait de caractère ne la rend pas insupportable. Continuons la lecture.

Heureusement, Michiko trouve enfin du travail. Chez son ancien bourreau devenu gentil vite-fait : Kurosawa le cuistoman. Il va ouvrir son restaurant, et embauche Michiko comme serveuse.  C’est le début d’une nouvelle aventure pour Madame viande.

Please la suite ?

Manga sympathique, Please love me aborde avec humour les tracas du quotidien. Le monde du travail, l’exploitation du salarié, les rapports de force, les problèmes d’argent, la solitude… Nakahara sensei, l’autrice, évite de tomber dans le cliché de la fille fragile amoureuse de son homme fort qui la traite d’idiote à longueur de temps. Dans Please love me, Michiko et Kurosawa s’envoient punchline sur punchline. Courage, Michichi : la viande est au bout du chemin !

La fiche technique

Titre japonais : ダメな私に恋してください (Dame na Watashi ni Koi Shite Kudasai)

Titre français : Please love me !

Autrice : Aya NAKAHARA

Série en cours : 5 tomes parus en France, 8 au Japon

Genre : tranche de vie, comédie, romance, josei, louzeries du quotidien

A lire à partir de 14 ans ~ vous verrez ce que vous réserve l’avenir, tiens !

Editeur japonais : Shûseisha, 2013

Editeur français : Delcourt, 2015

A toi d'jouer !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :