Please love me

Please love me vol.6 – la fin des haricots à la viande

Je suis très « haricots rouges ». Quoique les blancs aussi. Et les verts… mamamiiiiya. Avec de la viande pour les protéines.

Précédemment dans Please love me!

No way

Sérieux la famille, c’est quoi ça ?

Je pars deux secondes au Japon, je m’éloigne l’air de rien, et j’apprends quoi ? Trump président ! Dans notre classe, on a noyé notre chagrin dans le chocolat. Tournée générale, même le prof s’est ému. Ah, ben au Japon aussi, on s’interroge, que croyez-vous !

Moi qui préparais un article avec tout le love et la détermination qui font ma renommée, je n’ai plus cœur à la fête. Naniiii ! On se relaxe donc avec les déboires de notre amie Michiko la reine de la viande, en attendant des articles croustillants comme Senbei. Tape tes doigts musclés sur les lettres « s e n b e i » et laisse ton moteur de recherche te conduire sur son sentier parfumé. Depuis que je l’ai rencontré, je ne le quitte plus. Lui et moi, c’est le big love.

Bientôt, des live report à Akiba, Tsukiji, Meiji-jingu… sans oublier la bouffe de Serge ! Je vous mettrai toutes les photos, les goods, les manga ! Rien de mieux qu’un bon manga pour se refaire une santé.

La fin des haricots à la viande

Keuwaaaaa ! Mogami et Shibata Michiko, c’est vraiment fini ? Alors qu’il était innocent !? Notre pathétique héroïne se lamente chez son méchant patron binoclard : c’est à cause de lui qu’elle s’est fait des idées. Quoique. Avoue donc, Michiko. Tu ne l’aimais pas, voilà. Tu es privée de viande.

ça chauffe aussi du côté de Kurosawa. L’homme nous fait un remake de Heartbroken chocolatier à la sauce « be strong ». ça prend ou pas ? Et Michiko ? Même en mode « be strong », c’est la galère de la trentenaire. Version barbiche du Père Noël. Tristesse.

Well done

Au début, je lisais Please love me! comme un gentil passe-temps. Je cherchais des manga sur la vie quotidienne, les galères des terriens et terriennes, comme Brainstorm’ Seduction, Maison Ikkoku ou Heartbroken chocolatier. Les études, le travail, la crise économique, le portefeuille triste… La fille ne pense qu’à ses histoires de cœur. Y’a pas que l’amour, dans la vie (hein, Michiko !!). La jeune femme ne semble que se relaxer les yeux devant de frétillants bishi. Et des bouts de viande. Mais en même temps, elle est bien consciente du goufre dans lequel elle se trouve. Be strong. Mange de la viande.

Please love me ! gagne en qualité au fil des tomes ! De l’humour, de très bons instants lose comme je les aime : un chouette manga, je vous dis !

Aucun commentaire

  • latribudeflo

    Ah l’histoire de l’amour éternelle du binoclard n’est pas la même dans le drama. Ou alors, je l’ai vu tellement vite que j’ai zappé un truc.
    J’ai lu le tome 1 de Perfect World. Tu connais ? (Presque des trentenaires, mais le héros est en fauteuil roulant). Un thème sur les exclusions.

    • Mikki Forever

      Oh, j’ai appris que Please love me avait été adapté en drama !

      J’ai lu la preview de Perfect world chez mon cher libraire ^o^ ~ justement, ça m’avait bien plu. J’ai bien aimé la façon dont la mangaka a présenté le thème du handicap. Certaines phrases, pensées comme anodines, sont, en fait, très blessantes.

      Je l’ai mis dans ma liste des manga à acheter n_n.

A toi d'jouer !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :