Please love me ! vol. 9

« Ne sous-estime pas les vieux ! » Kurosawa

 

Précédemment dans Please love me

 

La revanche de la trentenaire malchanceuse

La mésaventure de Michiko, la trentenaire malchanceuse, aura au moins permis ça : le miracle sous les draps ! Rien de chaud patate, juste le rencontre improbable entre un trentenaire roi des casseroles à binocles, et une trentenaire reine de rien du tout, mais très rigolote. Enfin ! Nos deux héros vieillissants se rapprochent ! Kuzosawa a raison : ne sous-estimons pas les vieux ! Pour ma part, je suis comme Ryô Saeba : j’ai toujours vingt ans.

 

Dame na Watashi ni Koi Shite Kudasai © Aya NAKAHARA / 2013/ Shûeisha

 

 

La trentenaire petite cochonne ?

Depuis l’histoire du pervers, donc, Michiko est revenue vivre chez Kurosawa. Le trentenaire faussement taciturne a réglé ses problèmes de famille. Mais il n’a rien réglé côté cœur, et torture (inconsciemment ?) cette pauvre Michiko : Kurosawa l’aime, ou pas ? Elle le crie, elle en fait des cauchemars, la pauvre ! Toutes ses amies sont mariées, et elle traîne encore sa carcasse de célibataire… Quand atteindra-t-elle enfin le statut prestigieux de « petite amie » ?

 

Aimez-moi !

Le manga porte bien son nom. Dans ce tome, Michiko ne cesse de le crier. Elle en devient glauque, la pauvre. Mais on la comprend. Le chef la fait tourner en bourrique ! (Il me tardait d’utiliser l’expression u_u). On sait très bien qu’ils s’aiment, ces trentenaires ! On n’attend qu’une chose : qu’ils officialisent enfin !

Please love me… le souhait de Michiko sera-t-il enfin exaucé ? Patience, vieille fille : le bonheur est au bout du chemin !

 

Fiche technique

Titre japonais : ダメな私に恋してください (Dame na Watashi ni Koi Shite Kudasai)

Titre français : Please Love Me !

Autrice : NAKAHARA Aya

Série terminée en 10 tomes (une suite est en cours, au Japon)

Editeur  japonais : Shûseisha, 2013

Editeur français : Delcourt-Tonkam, 2015

Genre : tranche de vie, comédie, romance, josei, louzeries du quotidien

A lire à partir de 14 ans ~ tu verras ce que te réserve l’avenir, tiens !

A toi d'jouer !