Skip Beat!

Skip Beat ! vol.30 à 34 – le retour de Monsieur Parfait

Je sais pas si c’est si cool que ça, d’être parfait.

Précédemment dans Skip Beat!

Oui, oui, le tome 35, c’est pour aujourd’hui ! Courez vite chez votre libraire préféré ! Rah, shit ! Je pourrai pas l’acheter tout de suite ! (Ne te moque pas de ma situation financière u_u).

Pour l’instant, séance souvenirs avec les tomes 30 à 34 : Ren a décidé de jouer un BJ parfait. Quitte à ouvrir la boîte de pandore, et redevenir, un temps, celui qu’il voulait fuir. Le monstre n’est peut-être pas celui que l’on croit…

Kyôko s’interroge : l’homme qui se bat avec une telle folie durant les répétitions ne ressemble pas à Cain Heel, encore moins à Ren. Et ses accès de colère qui glacent le sang… Surtout lorsqu’il est question de ses origines.

Qui est-il ?

Un monde parfait

La couverture de sœur légèrement amoureuse est une aubaine. Pour Kyôko, comme pour Ren. C’est parfait pour se rapprocher l’air de rien, se sonder, et se tripoter les clavicules.

Mais ce n’est pas le moment de provoquer Ren. Hélas, Kyôko ne pige rien. Profitant d’une pause dans son rôle de Setsuka, Madame boulette rate encore une belle occasion de faire marcher sa tête. Kyôko, le téléphone, oublie. C’est pas pour toi. Le téléphone et les voitures. Ça sent mauvais, subitement. C’est le monstre Shô !

A cause de lui, la situation dégénère de nouveau entre Ren et Kyôko. Notre acteur surdoué à, encore une fois, surpris Kyôko la boulette et Shô ensemble. Encore une fois, il a entendu des choses qu’il n’aurait peut-être pas voulu entendre. Les deux héros regagnent leurs rôles de frère et sœurs Heel sans avoir dissipé ce nouveau malentendu. La situation dégénère, vous dites ? SUPER. Ren allongé sur le lit, option Kyôko… (je vous laisse le soin de la placer où bon vous semble u_u) (dans la limite de la décence) quoique, non… entre ces deux-là, on est passé à l’étape supérieure… !

Douloureux souvenirs

Impossible, pour Kyôko, de considérer avec bienveillance celle qu’elle était avant : la gourde amoureuse de Shô. C’est ce sentiment qui la terrifie. Elle est horrifiée par ce qui lui arrive. Elle espère conserver ce secret. Surtout, que personne ne sache. C’était sans compter sur Takarada.

Lui aussi, c’est peu comme un père. Ou un oncle un peu farceur. Mais toujours de bon conseil. Kyôko se croit répugnante. Elle est juste amoureuse. Et l’amour, c’est égoïste. Pourquoi rejeter ce sentiment, qui fait naître une telle palette d’expressions nouvelles ?

Expressions nouvelles et sensations fortes ! Invitée surprise sur l’île de Guam, Kyôko sera brusquement mise en face de son passé. Un passé heureux, peut-être son meilleur souvenir. Il a bien grandi. Il sort de l’eau, plus beau qu’une sirène… Corn !!

Namé la suite quoi. Depuis que j’ai lu ce tome (le 1e mars 2015 à 22H30) (je laisse toujours une trace de mon passage sur mes manga), je ne cesse de crier : LA SUITE ! Ah, l’argent, quel calvaire !!

A toi d'jouer !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :