Dossiers

La fin dans les manganime # 2 : la mort des héros

Attention, spoil en vue (Mikki Forever)

Précédemment dans La fin dans les manganime.

Programme spoil du jour

Ashita no Joe, Cowboy Bebop, Death note.

Les problèmes (avant-propos)

La fin, quelle terreur. Surtout quand elle est fermée. Je suis du genre à faire brûler ma cosmoénergie avec les héros/héroïnes. Jusqu’au bout, du bout. Cela s’appelle la fidélité.

Je suis quelqu’un qui regarde l’OAV Kenshin ~ Tsuioku Hen au petit-déjeuner. Me voici ensuite dehors, certaine de débusquer un membre du Shisengumi.

C’est encore moi qui, après avoir lu Tokyo Ghoul, croit être elle-même une goule, et erre dans les rues à la recherche de ses semblables.

Donnez-moi le Rouge et le Noir, que j’aille me zigouiller par ici ! Et ce cher Louis XIII misogyne. Anne-d’Autriche, mauvaise épouse ! Anne de Médicis, mère à moitié ! C’est à cause de vous, tout ça.

Cela s’appelle (sobrement) des problèmes.

La mort, l’ultime fin

Dans une fin fermée, le héros/l’héroïne, a accompli son objectif, ou pas. Mais, qu’il/elle l’ait accompli ou non, aucun nouvel horizon ne se dessinera devant lui. Car dans cette fin fermée là, l’héroïne/le héros meurt.

Ashita no Joe

Les chefs-œuvres comme Ashita no Joe sont étranges. On espère, dès le début, que le héros s’en sorte. L’on sait, dès le début, qu’il partira prématurément.

Pourtant malade, Joe monte sur le ring. Il va combattre Jose, et lui ravir son titre de champion. La lutte est terrifiante. Chaque coup est un pas vers la mort. Une seconde, Joe l’emporte, une autre, Jose prend le dessus. C’est finalement lui qui gagne. Mais Joe a mené une lutte farouche. Il n’a pas à rougir de sa défaite. Il s’assied, enfin apaisé. Son coach vient le féliciter. Joe ne répond pas. Il est là, assis sur le tabouret, baignant dans une douce lumière, un léger sourire sur son visage meurtri. On ne montre pas les autres. Tout s’arrête avec Joe.

Plus tard, Tetsuya Chiba, (dessinateur d’Ashita no Joe) dira que la dernière image ne signifie pas que Joe est mort. Ah bon !!

Cowboy Bebop

Space opéra inclassable, Cowboy Bebop est un bijou d’animation. L’oeuvre est intemporelle, portée par un scénario funky, aux musiques devenues des it.

Vicious tombe le premier. Spike a accompli son objectif. Il descend lentement les escaliers. On retrouve la douce lumière. Un dernier « bang », et c’est la fin, pour lui aussi. Peu à peu, le titre « Blue » nous emporte loin, dans le ciel. J’aime beaucoup cette chanson. Aérienne, avec, en même temps, une simplicité brute. Comme un retour à la nature. L’homme, né poussière, retourne à la poussière.

Comme dans Ashita no Joe, inutile de montrer les autres, les « que sont-ils devenus ». D’ailleurs, le film de Cowboy Bebop se passe lorsque Spike est vivant. Aucun intérêt de montrer un film sans lui.

Death note : la polémique et les fans

La fin officielle est bien sûr celle du tome 12. Light meurt sans avoir réalisé ses desseins. La vie reprend, avec les gentils et les méchants, les gens gris, les enquêtes de police, et les adorateurs de Kira.

Mais pour certains, Death note se termine au tome 7, avec la mort de L. Le « vrai » héros étant mort, l’histoire n’a plus d’intérêt. La suite ne serait qu’une variation sur la vengeance, avec des sosies imparfaits (Near, Mello), de L. Je fus moi-même bien peinée d’apprendre la mort de L. Je l’aimais bien, cet original. Loin de singer L, Near et Mello jouent pourtant pleinement leur rôle (surtout Mello).

La fin de Death note est bien une fin fermée, dans laquelle le héros ne parvient pas à réaliser son objectif.

Pourquoi Death note ne se termine pas sur le corps mort de Light ?

Ohba et Obata n’ont pas arrêté l’histoire sur la mort du héros. Est-ce parce que, contrairement à Spike ou Joe, Light ne véhiculait rien de positif ? En continuant le récit, les auteurs semblent montrer que Light était juste un homme, contrairement à ce qu’il pensait. La vie continue sans lui.

© Obata Takeshi and Ohba Tsugumi / SHUEISHA Inc.

J’ai pris la liberté de ne pas évoquer les fins de Versailles no Bara, Kenshin, et Oniisama e (Très cher frère). Ces dossiers sont, en effet, extrêmement sensibles. Aaaah, vie, que de cruauté !

Questions subsidiaires pour faire frétiller vos doigts musclés

1/ En général (dans les romans, films, manga, BD etc.), préférez-vous les fins ouvertes ou fermées ?

2/Avez-vous déjà pleuré la disparition d’un héros/ d’une héroïne ?

3/Vous êtes-vous déjà pris(e) pour une goule ??

4/Que pensez-vous du terme « goulesse » ?

5/Avez-vous déjà tenu votre téléphone comme L ?

 

 

 

 

 

 

A toi d'jouer !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :