C’est tout pour moi

Mikki Forever automne/hiver 2017, c’est pas de la rigolade. Ça va au ciné, avant-première beau gosse, petits fours et Ginger Ale. #mercicollègue (en option, le manger et le boire u_u)

Jeudi 9 novembre 2017, c’était l’avant première du film C’EST TOUT POUR MOI, à l’UGC de Lille. Et j’étais là. Eh ouais. Read more, vas-y t’en meures d’envie, cliqueuh !

 

Mon premier film au ciné depuis mon retour en France. J’étais au Japon avant. Sois pas dég.

La salle est blindée. Avec ma collègue, on trouve une bonne place, assez loin pour ne pas se faire manger par l’écran, avec un bel espace pour étaler les jambines.

Ce soir, c’est Mikki chic : trench beige en mode « soirée VIP », chemise blanche fluide, petit slim gris rock, magnifiques pieds mikkistes empaquetés dans des bottines couleur sable. Sable chaud. Petit 40°. Et un foulard ! Ambiance rococo, avec des arabesques et tout. Classe, je te dis, classe.

C’est de l’emprunt. Du trench aux godasses. Merci la famille qui me rhabille.

 

Heureusement, il y a la famille !

 

L’histoire

Lila, l’héroine du film, le pense vraiment. La famille, c’est important. Mais quand t’es jeune, en construction, en perdition, avec des rêves dans tous les coins de la tête, tu y penses différemment. Tu y penses de loin, tu y penses avec tes rêves et tes ambitions.

Pour Lila, c’est la danse. Elle ne pense qu’à ça. Ne fait que ça. La danse colore son quotidien, sa petite vie, son appartement de Bruxelles. Ça fait manger, la danse ? Omar, le père, est plus terre à terre. Non, sérieux, la danse. Pourquoi pas clown ? Chanteuse, allons-y !

 

Affiche du film C'est tout pour moi

 

La fille rebelle y va. Pardon Papa. Direction Paris. Y’a tout à Paris. Des castings, des producteurs, des ambianceurs. Et des problèmes. Plein. Lila ne s’attendait pas à ça. Tu t’attends rarement à galérer quand t’es en mode planeur. C’est un peu le principe du dream : ça contamine tout ton cerveau et tu vois des étoiles partout. Ça scintille et ça brille, c’est chic, c’est pour toi, le trench riviera.

Pour Lila, c’est plutôt sommeil léger et portes fermées.

Et la famille ?

Elle est là, toujours. Notre héroïne y pense, ils seront fiers, quand ils verront, demain, Lila, à la télé, sur les affiches, partout, c’est un rêve éveillé, il sera fier, le paternel, encore un peu de rêve, et bientôt, la réalité.

C’est dans l’épreuve que la jeune femme se révèle. Elle se découvre un don pour la vanne et s’imagine seule, sur scène, avec la foule à la bouche qui rit. Why not !? Quand tu n’as plus rien à perdre, tu fonces. Quand tu es perdu, tu cours. Tu vis, enfin. Pas un rêve. Mais ta vie vraie. Pour ta joie personnelle. Pour retrouver le sourire de ton père.

 

Le débrief

Allez voir ce film.

Va le voir. Fonce, vas-y !

C’est drôle. C’est simple. C’est profond. Tout s’enchaîne tellement naturellement. On est embarqués dans la vie de la pétillante Lila, avec ses rêves et ses ambitions. On sent bien l’inquiétude du père. La fille fonce quand même. Et c’est dur, dur. On s’émeut avec elle, elle reprend courage, elle nous fait rire.

On se marre, je te dis. Les vannes sont épiques. C’est punchline forever. Un bijou !

On s’émeut. Mimoun Benabderrahmane joue un père aimant, pudique, criant de sincérité. C’est ça, les relations de famille. Derrière les « non ! » et les colères, c’est de l’amour.

Nawell Madani est solaire. Je ne la connaissais pas, ignorais qu’elle était humoriste. J’ai accroché direct. Son jeu, son naturel, les émotions qu’elle transmet. Respect.

J’ai senti comme une alchimie parfaite entre la team. Nawell revient sur l’ambiance du tournage, lors des échanges. C’était une belle aventure. Eprouvante – à peine 5 semaines pour tourner le film – et belle. Pour son premier long-métrage, elle s’est entourée de nouveaux talents : la réalisatrice nous relève que la majorité des acteurs son des amateurs. Impossible de l’imaginer, tant leur jeu est OK. C’est le swag bébé è_é.

Mention spéciale au papa, Mimoun Benabderrahmane. Nawell raconte leur rencontre. Mimoun, c’était son chauffeur de taxi. Au sortir de ses spectacles, elle rentrait en UBER. Une nuit, un chauffeur la photographie durant son sommeil. Tant qu’à faire, surprenons les honnêtes gens dans leur rêverie ! OK, next, on change de chauffeur. Avec Mimoun, une jolie relation se crée. « Il parlait comme mon père », confie la réalisatrice, en riant.

Et si c’était lui, son père à l’écran ? Mimoun refuse. Nawell insiste.

Elle a bien fait. Ce premier rôle ouvre à Mimoun de nouvelles portes. On le retrouvera bientôt à l’affiche d’un prochain film !

 

Comédie touchante, avec des punchlines pour le swag, multicolore, qui rassemble et qui donne la pêche ! Toi aussi, tu vas réussir ! Believe ! Parce que « c’est tout pour toi ». Comme Nawell, qui explique le titre du film : « la famille, c’est tout pour moi, la scène, c’est tout pour moi ». C’est tout pour nous !

 

Les infos techniques

Réalisateurs : Nawell Madani, Ludovic Colbeau-Justin

 

Cast :

Nawell Madani – rôle : Lila

Mimoun Benabderrahmane – rôle : Omar, le père de Lila

Leyla Doriane – rôle : Malika, la grand-sœur de Lila

François Berléand – rôle : Fabrice

Djebril Didier Zonga – rôle : Doum

 

Scénario : Nawell Madani, Ali Bougheraba, Matt Alexander, Kamel Guemra

Soundtrack : Masta (superviseur musical)

 

Production :

Sylain Golberg, Serges de Poucques, Cyril Colbeau-Justin, Jean-Baptiste Dupont, Arnaud Borges

Co-producteurs : Nadia Khamlichi, Gilles Waterkeyn

 

Societés de production :

Nexus Factory, LGM Cinéma, UGC, Dum Dum Films, France 2 Cinéma, CN6 Productions

 

Co-production : UMedia, Ufund

Distributeur France (en salle) : UGC Distribution

 

 

 

A toi d'jouer !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.