TV ciné

Scams – l’escroquerie version screenplay en bande organisée

C’est pas eux le problème. C’est toi.

Ore ore sagi

Au Japon, technique d’escroquerie par téléphone visant les personnes agées. L’escroc prétend être un membre de la famille – “ore, ore da!” (c’est moi, c’est moi !) – pour soutirer de l’argent à sa victime. (sagi = escroquerie).

Le Ore ore sagi sévit depuis plusieurs années. Outre les pertes financières (plus de 15 milliards de yens/122 millions d’euros en 2018), les escrocs choisissent sciemment de s’attaquer aux personnes âgées, plus vulnérables. Malgré les campagnes de communication et les documentaires chocs – des avertissements sont affichés jusque dans les stations de métro – le phénomène perdure.

Le Jdrama Scams nous plonge dans l’enfer de l’escroquerie, version bande organisée. Plus de “ore ore sagi” mais un scénario à trois hommes : la victime, le truand, et le médiateur.

A cause de la crise ?

Makoto Kusano avait tout pour réussir. Parcours sans faute pour le jeune homme : il intègre une université réputée, puis une grande entreprise. Bientôt, le salaire à 5 chiffres et la voiture de fonction. Mais la crise mondiale de 2008 stoppe net son ascension. Licenciement, chômage, galères du quotidien. Quand son père tombe gravement malade, c’est le coup de grâce. Impossible pour la mère, aide-soignante à domicile, de régler les frais d’hospitalisation. Heureusement, la famille est assurée. Tout ira bien. Nouvelle douche froide. L’assurance ne suit pas. C’est la fin.

Scams, l’escroquerie ou l’enfer

Réalisée par Yuki Kobayashi, Scams est tiré du livre choc du journaliste et écrivain Daisuke Suzuki : 老人喰い 高齢者を狙う詐欺の正体 (roujin kui koureisha o nerau sagi no shoutai) “Bouffer les vieux. L’identité d’une arnaque ciblant les personnes âgées”. (site : en japonais). Le drama, lui, est diffusé par MBS, l’été dernier (page de Scams : en japonais). Jun Tsugita signe le scénario. A la musique, on retrouve le compositeur Ko Nakagawa.

Le trio Kobayashi/Tsugita/Nakagawa livre un drama cynique, brut, reflet du malaise actuel, où l’escroquerie deviendrait presque salutaire. Les mauvaises âmes plaident leur cause. Elles se trouvent même des raisons, comme la crise économique ou l’Etat, pas assez protecteur. Les rôles sont inversés. Le problème, ce sont les personnes âgées. Comme si les jeunes le resteraient toujours. Les vieux, eux, ont l’argent et la belle vie. C’est oublier comment cette même crise de 2008 toucha des milliers de personnes âgées. Personnes âgées forcées de continuer de travailler, aujourd’hui encore. Et la crise du coronavirus n’arrange rien.

Les escros d’aujourd’hui

Ce qui frappe, dans Scams, c’est le profil des escrocs. C’est la mixité sociale où le plein emploi de l’arnaque. Du salaryman sans histoires au petit voleur à l’ancienne, tous tombent de l’autre côté de la barrière. A croire qu’ils considèrent l’escroquerie comme un job ordinaire. Quand ils en auront assez, ils retourneront du bon côté. Naïveté.

Le jeune Yosuke Sugino (Good morning call saison 2) incarne un Makoto Kusano tourmenté entre son cœur et sa raison. Faut-il être prêt à tout pour sauver ceux qu’on aime ? L’acteur/scénariste/réalisateur Tomoya Maeno lui donne la réplique. Ryohei Otani incarne le charismatique et effrayant Kanbe. Tetta Sugimoto, à la filmographie impressionnante (Kurosagi, Code Blue et ses suites, Hanazakari no Kimitachi e, Tokyo Dogs etc.) devient le puissant Tojo.

Peu de rôles féminins dans ce drama : la jeune Maika Yamamoto campe une Misaki Azuma tout aussi tourmentée par ce monde où l’escroquerie semble faire la loi. Naomi Nishida (Stand up!!), incarne la mère de Kusano, qui se bat pour sa famille.

La claque

Regarder Scams, c’est comme se prendre une claque. On sait que ça existe, mais quand même. Voir l’escroquerie ainsi personnifiée fait froid dans le dos. On espère, surtout, des mesures supplémentaires pour protéger les personnes âgées, et lutter contre ces arnaques.

A toi d'jouer !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :