Terrace house : la télé-réalité qui te donne le smile

« C’est le bonheur retrouvé version télé » (Mikki Forever)

 

J’avais, jusque là, réussi à dévier les attaques, depuis l’explosion du Loft au boom des Anges. Pourquoi dit-on « Anges » d’ailleurs ? Avant de découvrir Terrace House, je me suis dit : tu n’as jamais vu de télé-réalité occidentale et tu critiques. C’est mal. Regarde.

J’ai vu. Ça gueule, ça crie des trucs en vrac, comme si tous les mots les plus bizarres de la galaxie voulaient sortir là, maintenant, dans une seule bouche. Je suis presque sûre que, pris individuellement, ces personnes doivent être sympathiques. Las, elles sont devenues des personnages, qui crient et vocifèrent dans leurs bouts de tissus. Next.

 

 

Il ne se passe rien !

Terrace house, donc. J’ai commencé par la saison « Boy’s and girls in the city », toujours disponible sur Netflix. J’étais certaine de ne pas apprécier. Vile Mikki, tu n’avais pas le regard neuf ! Tu t’es plantée devant ta télé avec tes petits préjugés de juriste sociologue. J’ai regardé un épisode. J’ai pensé : MAIS IL NE SE PASSE RIEN !! Enfin, si, il se passe des trucs, mais des trucs qui ne méritent certainement pas d’être filmés. Ils mangent, vont au travail, se saluent. Ça va. Oui. Je connais. Autant me filmer moi-même. Next.

J’ai laissé tomber pour voir le dernier (ô mère Forever, je te critique, je suis devenue comme toi !). Là, j’ai pensé : mouais, c’est pas mal, en fait. Des larmounettes, des à bientôt Forever, plein de politesse et de nobles sentiments. Je regarde la suite, la saison Aloha.

Nouvelle explosion. Mais, cette fois-ci, c’est positif, c’est la bonne humeur, la politesse, toujours ! Ils sont mignons, ils sont sympa, ils sont beaux, il ne se passe « rien », et c’est bien ! Je suis actuellement en plein re-visionnage de la dernière saison, Opening new doors, en attendant les nouveaux épisodes, qui arrivent la semaine prochaine. J’ai hâaaaate.

 

 

Pourquoi ça marche ?

On peut se demander pourquoi les télé-réalités (en général) fonctionnent. Regarder d’autres faire ce que tu fais dans ton quotidien ne constitue pas le top du divertissement. Pour s’aérer la tête, on a les films, les séries. C’est scénarisé, ce n’est pas la réalité.

Ce serait, selon certains penseurs, une volonté plus ou moins consciente de se reconnecter « au vrai ». Avec la crise, beaucoup seraient en quête d’authenticité, d’histoire de « gens vrais ». C’est l’émission politique de TF1 avec Sarko et les « vrais français » (la blague, cette expression, sérieux !). C’est le succès de Koh-Lanta, Pékin express, toutes ces aventures humaines qui font vibrer ton petit cœur compétitif. Car oui, c’est plutôt l’esprit de compét qui domine. Reconnexion « au vrai », tu dis ?

 

 

Non à la compétition

Existe-t-il une « télé-réalité », d’abord ? Dès lors qu’il y a des caméras, on pourrait se dire que non, les participants modifient leur attitude car ils savent que ce sera diffusé. Quoiqu’il semble difficile de chasser son naturel sur le long terme. La production de Terrace house, elle, rappelle que rien n’est scénarisé. On les croit ! Il ne se passe rien ! Il ne se passe rien, et c’est bien. On a oublié, à force de nager dans le chic et le choc, combien la simplicité apaise, et émerveille.

Contrairement aux programmes basés sur la compétition, les messes basses, et  autres joyeusetés de l’homme, Terrace house mise sur les interactions humaines, dans leur banalité la plus totale. On n’essaie pas de créer un faux suspense, des embrouilles à répétition sur fond de « BIIIP ». Pas d’insultes, rien.

Autre différence avec les émissions occidentales, les participants de Terrace house ne mettent pas leur vie entre parenthèses le temps du tournage. Ils continuent leurs activités (ils peuvent d’ailleurs quitter l’émission quand ils le souhaitent), vont au travail, à l’université, et se regardent dans Terrace house !

 

Les belles âmes de Terrace House

Existent-elles vraiment, ces belles personnes de Terrace house ? Ici et on se questionne : ces jeunes Japonais sont-ils vraiment parfaits ? Parfaits, certainement pas, mais naturels, sincères dans leur démarche, dirons-nous. A travers leurs interrogations, l’on voit combien la valeur travail est importante, au Japon. Comme en France ! Le travail est vecteur de statut social, confère la classification en PCS (Professions et Catégories Socioprofessionnelles) où les cadres sont dans les premières positions, lorsque les « sans profession » occupent le bas du tableau. Sans travail – et sans « bon » travail, tu n’existes pas. La pression est là, dès l’école, l’ascenseur social est en panne ou cassé. Conscients des difficultés du marché du travail, les participants essaient de se réaliser. C’est compliqué, de vivre.

 

Equipiers de choc

Les joyeux commentateurs du programme contribuent largement à son succès !

Ils sont 6 : You, actrice et mannequin, Reina Triendl, mannequin, Yoshimi Tokui, acteur, Azusa Babazono : actrice, membre du duo comique « Ajian », Ryota Yamasato : acteur, membre du duo comique « Nankai Candies ». Ils sont accompagné par un guest à chaque saison : souvent un acteur, à l’instar de Shono Hayama, pour cette saison. A Aloha, c’était Kentaro Ito : il a (notamment) joué dans la saison 1 Good morning call – c’était bien le seul à avoir un rôle sympa !!

Les présentateurs sont incroyables. Une dinguerie. Comme nous, ils regardent, comme nous, ils commentent, poursuivent le scénario, imaginent des trucs complètements fous. Il faut les voir en action pour comprendre. Génial. Encore ! La suiteeeeuh.

 

 

Terrace house, où la magie ordinaire

Vous l’avez compris, je suis fan. De ouf. Je tiens plus en place. C’est quand le 9 ?

Terrace house, c’est la coloc du bonheur. La pension des Mimosa de maintenant, avec des gens sympas et un peu de love pour les épices !

 

Suivre toute l’actu de Terrace house : https://terracehouse.fr

 

Voir la bande-annonce en VOSTF : https://www.netflix.com/fr/title/80212301

Voir la bande-annonce en japonais :

 

crédit photos © Netflix

 

A toi d'jouer !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.